Une étude démontre qu’aux États-Unis, 17 millions de barils de pétrole sont nécessaires pour répondre à la demande annuelle d’eau en bouteille.

L’impact de l’eau en bouteille sur l’environnement est un véritable enjeu environnemental. Et une nouvelle une étude menée par des scientifiques Espagnols le prouve une fois de plus.

Les travaux menés par l’Institut de Barcelone pour la santé mondiale ont notamment révélé que si tous les habitants de la cité catalane buvaient de l’eau en bouteille, le coût d’extraction des ressources serait 3.500 fois plus élevé qu’en cas de consommation de l’eau du robinet. De plus, cette eau en bouteille aurait un impact 1.400 fois plus élevé que l’eau du robinet sur les écosystèmes.

Certains laisseraient l’eau du robinet de côté pour les faibles risques liés au cancer. En effet, le traitement de cette eau génère de faibles niveaux de trihalométhanes (THM) qui provoqueraient un risque plus élevé de cancer de la vessie. Mais le taux de cette substance est réglementé et surveillé au sein de l’Union Européenne

« Les arguments liés à la santé ne justifient pas l’utilisation généralisée de l’eau en bouteille. Certes, à proprement parler, boire de l’eau du robinet est moins bon pour la santé. Mais, lorsque vous comparez les deux alternatives, ce que vous gagnez en buvant de l’eau en bouteille est minime » explique, la chercheuse Cristina Villanueva, auteure principale de l’étude. Cette dernière ajoute que l’impact environnemental des bouteilles d’eau est bien plus élevé. Aux États-Unis par exemple, 17 millions de barils de pétrole sont nécessaires à la production de plastique pour répondre à la demande annuelle d’eau en bouteille. Celle-ci est également 500 fois plus chère que l’eau du robinet au Royaume-Uni.